Voir les entreprises
Je conseille des créateurs J'ai un projet J'épargne solidaire Créez votre club !

-Une relation humaine en soutien aux créateurs

diminuer augmenter envoyer imprimer

ENVOYER CET ARTICLE :




Le (24/02/2014)

Fils et Taffetas (SARL) : Confection de vêtements, retouches, mercerie
Date de création : Avril 2011

Cogérants : Olivier et Aïda EL ABIDI
Nombre d’emploi : 2
Adresse : 133, rue de Paris 59800 LILLE
Contact : 03 28 52 38 46
Mail : contact@tissus-mercerie-confection.fr
Site : http://tissus-mercerie-confection.fr/

Intervention de la finance solidaire :
4 000 € en capital de la cigales Cigasol
Capital social de l’entreprise : 14 500 €
Accompagnement de l’entreprise par la marraine : Françoise DUBUISSON


JPEG - 21.7 ko

Olivier et Aïda souhaitaient ouvrir une boutique d’un genre nouveau sur Lille. Proposer à leurs clients trois services réunis au même endroit : de la confection et retouche de vêtement, de la vente de tissu et de la mercerie. Après un long parcours auprès des organismes d’aide à la création d’entreprise et des différents financeurs, une rencontre a fait basculer la balance, celle du club Cigasol.

C’est au Café Citoyen, que la rencontre s’opéra. Aïda, la couturière, illustrait son travail en présentant quelques modèles et photos devant le club. Les membres présents ce jour remplissent, comme à leur habitude, la petite grille de questions que s’est forgée le club pour prendre sa décision : des projets à connotation plutôt sociale, si possible s’inscrivant dans le développement durable ainsi qu’une réflexion sur le porteur de projet, la nature de ce projet et ses aspects économiques. S’en est suivi le vote. Au regard de ses critères d’Économie Sociale et Solidaire, le club conclut rapidement que le ré-emploi du textile, le « made in France », l’accompagnement de porteurs de projet éloignés de l’entrepreneuriat, et puis simplement, une jolie rencontre, valaient qu’on s’y intéresse et qu’on les accompagne.

L’une des membres du club, Marion, avait auparavant accompagné Olivier et Aïda dans le montage du dossier financier, mais c’est Françoise qui se porta volontaire pour devenir leur marraine. Bien qu’elle doutait de ses capacités d’accompagner les créateurs, Françoise, la chercheuse « avait envie d’autres axes dans sa vie, car on a un travail pas très social, ce que comblent par contre, les cigales  ». Le club l’a rassurée « nous pourrons t’aider si tu as besoin » et son entente avec Aïda l’a poussée à faire le grand saut : «  je ne savais pas trop à quoi m’attendre, mais c’est vraiment chouette sur le point de vue relationnel. Lorsque l’on ne sait pas, on demande à quelqu’un qui sait, on est en club pour ça. Et j’ai appris beaucoup de choses sur le business plan, le prévisionnel.. moi qui ne viens pas du milieu de l’entreprise ». Françoise s’est donc inscrite à la formation sur le parrainage pour connaître les attentes des créateurs et les façons d’y répondre.

JPEG - 34.6 ko

Si Marion a mis Olivier et Aïda « sur la bonne voie, mis en sécurité », c’est Françoise qui les soutient par le moral « ils vident un peu leur sac, leur fatigue » quand Françoise passe les saluer à la boutique à peu près tous les mois. Françoise met aussi en réseau les compétences des membres de son club avec les besoins des chefs d’entreprises : des échanges sur la comptabilité, des soutiens pour étudier le bail mais aussi des conseils sur la décoration de la vitrine. Et puis, les membres du club sont solidaires, ils passent à la boutique faire leur petites retouches, et « moi, je me suis fais faire une robe, ainsi que pour ma fille, Aïda a de vraies compétences, et elle est très consciencieuse ».

Les créateurs ont également participé à la soirée d’accueil des entreprises. Un moment de confrontation avec les histoires des autres : on se rassure, les difficultés sont les mêmes pour tous les entrepreneurs, et on en discute.

La relation informelle « conviviale, même amicale » qu’entretiennent les créateurs avec la marraine les a d’ailleurs amenés à inviter Françoise à partager un repas, chez eux, en compagnie de la petite famille. Françoise nous confie : « Je me suis lancée dans les cigales, pour générer de l’emploi localement et que ces emplois permettent de faire vivre dignement des personnes. Je ne regrette pas d’être marraine, c’est une belle aventure humaine. On a beaucoup de plaisir à accompagner une entreprise à taille humaine. »

Ce parcours atypique de création d’activité, qui aura mis trois années pour se concrétiser, est une belle preuve qu’entreprendre est une préoccupation de chaque jour qui en vaut la peine. En effet, Olivier et Aïda sont aujourd’hui installés dans leur nouveau local, rue de Paris. Bien visible, les clients affluent chez Fils et Taffetas, laissant entrevoir de nouveaux projets pour l’avenir.

JPEG - 87.5 ko

JPEG - 22.2 ko

JPEG - 73 ko

235 boulevard Paul Painlevé - 59000 Lille - Tel. 03 20 54 09 51