Actualités du réseau

Afin de mettre à l’honneur les cigaliers par leur engagement bénévole exemplaire, tous les mois depuis avril dernier, nous vous proposons de découvrir le portrait d'un.e cigalier.ère du réseau.
Suite au portrait de Armand Fakeye plus jeune récent cigalier que nous vous avons présenté en janvier, découvrez aujourd’hui celui de Jean Wouts, notre cigalier le plus âgé et aujourd’hui membre de la cigales SOLARTOIS 2.

Jean WOUTS rognéJean a connu les cigales grâce à son ami Christian Muchembled, militant de " Culture et Liberté "qui connaît très bien le milieu associatif arrageois. Il l'a informé de la création d'une CIGALES sur Arras au début des années 2000. L'initiative de cette création venait de Sandrino Graceffa, animateur de "Grands Ensemble" rue des Agaches. D'un commun accord, ils ont adhéré.

Comme il le dit lui-même, il est devenu le « doyen, militant pour une Économie Sociale et Solidaire » depuis longtemps. Aujourd’hui, il en est à sa 5ème cigales.

 

Jean nous explique son engagement depuis plus de 20 ans :

« L'O.N.G "OXFAM", dans son dernier rapport, annonce que les riches sont de plus en plus riches et que les pauvres ne cessent de s'appauvrirent. Cela est vrai pour les individus et pour les pays. Cette situation est vraiment inacceptable !!!

Au service du monde agricole, comme Joseph Hemar, j'ai assuré l'animation d'AFDI. J'ai participé à des missions en Afrique au Burkina-Faso et en Guinée. Là, j'ai mesuré l'écart entre le niveau de vie des européens et des africains. On se rend vite compte que le fonctionnement du commerce mondial ne conduit pas à une économie sociale et solidaire, loin de là !

Depuis 2000, je milite à Artisans du Monde d'Arras au 16 rue Méaulens. Notre engagement est de payer au JUSTE PRIX les producteurs de café, thé, chocolat etc. pour qu'ils puissent vivre décemment chez eux. En réalité, consommateurs, nous vivons à leur détriment. Nous ne vivons pas dans une économie dite" sociale et solidaire". Il nous faut être en recherche de cohérence et ce n'est pas facile.

Dans cette dynamique, j'ai adhéré à la Banque La NEF (nouvelle économie fraternelle) et au Crédit Coopératif. Elles privilégient des investissements où l'on étudie l'économique mais aussi les aspects sociaux et environnementaux. Vous comprenez ainsi que mon engagement de CIGALIER fait partie d'une réflexion plus globale.

Aujourd'hui, on constate que beaucoup de personnes au chômage ou des salariés quittant leur emploi tentent de créer leur propre entreprise. C'est un phénomène nouveau. Notre mission aux CIGALES est de leur mettre, si possible "le pied à l'étrier" et de les accompagner.

Dans un groupe de CIGALIERS, on retrouve des compétences diverses et complémentaires, très utiles pour apporter leur appui aux jeunes entrepreneurs. Derrière chaque entreprise, il y a un parrainage pour assurer un suivi. Cela semble essentiel au démarrage de l'entreprise. De plus, même si notre participation financière est modeste, notre caution conduit à une écoute plus favorable des banques ou autres.

Pour faire connaître les Cigales, je n'ai pas participé à des actions collectives. Toutefois le dialogue m'a permis d'amener quelques adhérents. Je regrette cependant que les CIGALES ne soient pas assez connues ....déjà expliquer le sigle, c'est une démarche positive.

Financièrement, je participe modestement à la CIGALES. J'écoute avec attention la personne qui présente son projet, je donne mon avis et je fais confiance aux parrains accompagnant l'entreprise.

Les secteurs d'activités que nous avons promus sont le commerce bio, les énergies renouvelables, l'artisanat et le tourisme. On s'inscrit dans une dynamique nouvelle, porteuse d'avenir. L'Économie Sociale et Solidaire se développe, nous en sommes pleinement satisfaits même si cela reste modeste.

Mon attente est que les CIGALES soient de plus en plus connus et que le sigle soit beaucoup plus explicite pour le grand public.

Personnellement, je suis pour une économie sociale et solidaire qui se développe tout en ayant conscience que nous sommes à contre-courant du modèle capitaliste dominant. Cela nécessite beaucoup d'énergie de la part des militants de tous les horizons qui apportent leurs pierres à cette évolution primordiale. »

ADMicalement , club d'investissement .de gestion d'alternative locale et d'épargne solidaire
organisation non gouvernementale
Jean Wouts, agriculteurs français et développement international

 

 

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter des Cigales pour rester informé